cd31@handisport.org
|
06 15 43 52 89 / 05 62 24 18 22
unnamed
COMITE DEPARTEMENTAL HANDISPORT HAUTE-GARONNE
AMELIE CORDIER
Naugeuse, plusieurs fois championne de France et vice-championne de France sur de la brasse.
 
Le CDH 31 vous propose de découvrir une interview d'Amélie Cordier, réalisée par Marine (volontaire en service civique).
 
Présentation rapide
Amélie : Bonjour, je m’appelle Amélie Cordier et je pratique de la natation.
 
Depuis quand pratiques-tu la natation ? Quel est ta spécialité ?
Amélie : Depuis 2010, je pratique de la natation. La brasse est ma spécialité mais aussi le papillon, seulement en sprint c’est-à-dire 50m.
 
Dans quelle structure/quel club la pratiques-tu ?
Amélie : Je nage au club du TOAC.
 
Pourquoi as-tu choisi cette discipline ?
Amélie : J’aime les sports aquatiques. J’ai essayé la natation et puis c’est devenu ma passion.
 
Qu’est-ce que la natation te procure dans ta vie quotidienne ?
Amélie : Quand je nage ça me calme, j’oublie les problèmes et le stress. Et ça fait du bien de dépenser l’énergie, après je dors bien.
 
As-tu pratiqué en natation valide avant d’intégrer le mouvement handisport ? Si oui, pendant combien d’années ?
Amélie : Je fais des compétitions handisport et chez les valides en même temps. Je nage chez les valides depuis 7 ans.
 
A quel moment et dans quelles conditions as-tu décidé de te lancer dans cette discipline handisport ?
Amélie : C’est mon père qui m’a inscrite à la FFH car c’est le seul chemin pour aller aux championnats d’Europe. Chez les sourds, il y a les deaflympiques (jeux olympiques pour les sourds).
 
Quelles sont tes études à côté de ton engagement de sportive de haut niveau ?
Amélie : Je suis en L2 2B2M (biochimie, biologie moléculaire et microbiologie)
 
Comment arrives-tu à concilier ta carrière de sportive de haut niveau et tes études ?
Amélie : Grâce à mon statut de haut niveau, je peux rallonger mon année d’étude en 2 ans et ça me laisse du temps pour aller m’entraîner. Mais ce n’est quand même pas facile car dès fois j’ai des entraînements tard le soir et le lendemain matin j’ai des cours.
 
Quelles distinctions (palmarès) as-tu reçu en tant que sportive de haut niveau ?
Amélie : J’ai eu des titres de championne de France et vice-championne de France sur de la brasse.
 
Quelles sont tes sources de motivation ?
Amélie : Je veux toujours battre mes records et j’essaie d’être la meilleure.
 
Quels sont tes objectifs sportifs ? En as-tu atteint ?
Amélie : Mon objectif est d’aller aux deaflympiques 2022. Pour le moment, je ne suis pas encore qualifiée, mais il me manque juste quelques secondes pour y arriver !
 
Comment as-tu basculé dans le haut niveau ?
Amélie : En 2019, j’ai réussi à me qualifier en minima B pour les championnats d’Europe sourds en Pologne. C’est à ce moment que l’on m’a donné le statut de haut niveau.
 
Combien de temps consacres-tu à la pratique de cette discipline par semaine ? Par jour si c’est le cas ?
Amélie : Habituellement je nage 8 fois par semaine (lundis, mardis et mercredis 2 fois par jour), mais ça c’était avant le covid ! Maintenant je nage que 2-3 fois par semaine.
 
Quel regard portes-tu sur cette saison avec la crise sanitaire qui nous touche actuellement ?
Amélie : La saison est compliquée ! A cause de cette situation, les heures d’entrainements sont diminuées car les bassins intérieurs sont fermés et il n’y a plus de compétitions FFN. Je ne peux pas voir mes temps, si je progresse ou pas.
 
Pratiques-tu une autre discipline handisport à côté ou en as-tu pratiqué une auparavant ? Si ce n’est pas le cas, penses-tu à tester une autre discipline handisport ? Laquelle ?
Amélie : Je n’ai jamais pratiqué un autre sport ! Mais j’aimerais bien tester le tir à l’arc juste pour le loisirs.
 
Merci beaucoup d’avoir participé à cette interview, bonne continuation ! Je te souhaite une très belle année 2021 et le meilleur dans tes projets.

Mars 2021.